Samedi 10 novembre 2018

11:00 to 12:00

Mineurs étrangers Non Accompagnés  (MNA):

une situation intolérable !

 

En 2017, 15000 jeunes isolés étrangers ont demandé protection à la France.

Qui sont ils ?

Ce sont des jeunes de moins de 18 ans qui arrivent en France sans leurs parents, ni adultes responsables, pour fuir des situations de guerre (Afghanistan), de violences, de misère…

Protégés par la Convention internationale des Droits de l’enfant (1989) signée par la France, et par notre Code de l’action sociale et des familles ils doivent être pris en charge par l’ASE (ex-DASS) sans aucune condition de nationalité, ni même de régularité du séjour, jusqu’à leur majorité.

Dans les faits…

40 % seulement de ces mineurs isolés se voient attribuer le statut de MNA et la protection afférente.

La suspicion est de règle dans la plus part des services d’accueil et ces jeunes soupçonnés de mentir

- sur leur âge,

- sur leur situation familiale,`

- sur les risques qu’ils encourent dans leur pays d’origine,

sont souvent rejetés dans l’errance .

Par ailleurs , de nombreux tribunaux pour enfants, chargés de définir leur âge, les soumettent encore à des tests osseux reconnus non fiables, quand ils ne sont pas reconduits à la frontière de façon totalement illégale avant tout passage devant un juge.

Cette situation conduit de nombreux mineurs à la rue,

- sans hébergement,

- sans protection sanitaire,

- sans accès à l’école ou a une quelconque formation

- sans la possibilité d’effectuer les démarches administratives nécessaires à leur régularisation

les mettant à la merci de trafics en tous genres (réseaux mafieux, servitude, prostitution…)

 

Or ce sont avant tout des enfants, des enfants en danger,

que l’on doit protéger

avant de les considérer comme des migrants

 

La France doit donc impérativement :

- respecter les engagements qu’elle a pris en signant

la Convention internationale des Droits de l’enfant ,

- donner des moyens à l’ASE pour qu’elle puisse assurer ses missions :

donner un avenir à ces enfants

et/ou permettre leur reconstruction après une enfance douloureuse.